Le bullmastiff cousin du Mastiff

Et le Bullmastiff ?
Les premiers chiens officiellement répertoriés Bullmastiffs étaient généralement de couleur sombre, bringés ou fauves foncé, ce qui leur permettait d'être moins facilement réparables ; il étaient capables de plaquer un homme terre et d'attendre les ordres. C'est donc vous dire que ce devait être des chien bien équilibrés, même s'ils avaient probablement beaucoup plus de tempérament que les Bullmastiffs actuels. Bien évidemment, les retrempes étaient autrefois une pratique courante et chacun avait sa recette et jouait au besoin l'apprenti sorcier en croisant avec d'autres races, en fonction de ce qui était recherché.

Le premier champion de race Farcroft Silvo, une chienne, fut produite par S.E. Moseley ; cet éleveur avait également produit le premier Bullmastiff à être exposé après la reconnaissance officielle du standard par le Kennel Club, Farcroft Fidelity. Avant cela, dans les années 1900, le Bullmastiff était déjà connu en tant que tel et il y avait des concours de travail pour démontrer que ces chiens pouvait aisément plaquer un homme terre et l'y maintenir. Par précaution, les chiens étaient tout de même muselés. Le plus célèbre de ces chiens était un certain Thorneywood Terror qui excellait dans ce genre de démonstration. C'était un mâle bringé qui ne pesait que 40 kgs, le poids d'une petite femelle selon le standard actuel.

Caractère
De cette aptitude, le Bullmastiff a conservé le dynamisme, le dévouement et un côté volontaire certain. Il est, avec sélection, devenu

P5
depuis longtemps chien de compagnie, comme beaucoup de chiens d'utilité. Cette dernière aptitude est largement décrite ; au siècle dernier, différents écrits font référence à sa douceur avec les enfants de la maison.  C'est cette force alliée à gentillesse  naturelle  envers  sa famille qui font le charme de cette race. Le bon chien de garde de famille, voilà qu'est notre Bullmastiff. Naturellement dissuasif  par  sa  taille, son allure un peu « s'en va t'en guerre », son expression un peu sévère face à une situation, il impressionne les gens mal intentionnés. Et pourtant, c’est un joyeux luron, sans états d’âme compliqués.
Il a naturellement une aptitude à la garde et à la protection. Mais, il ne faut pas attendre de lui une attitude facilement agressive ou hostile envers les étrangers, ni un côté incorruptible. il est naturellement plutôt sociable. Il n'est pas fait pour garder une usine, un bâtiment isolé sans personne pour s'en occuper, ce ne pourrait être qu'une expérience décevante. Il a besoin de contacts avec ses propriétaires et ne peut vivre seul. Il acceptera néanmoins facilement de rester seul dans la maison ou le jardin lorsque le reste de la maison vaque à des occupations extérieures. Il peut être bon pisteur ou même faire de l'agility ; toutes les activités faites avec son maître ou quelqu'un de la maison lui plairont. En un mot, il s'épanouit en « vie de famille », même si cette famille est restreinte à une ou deux personnes.
Pour les faiblesses, ou les points moins positifs, il faut noter un côté plutôt dominant avec ses congénères ; il n'est pas bagarreur, mais il aime faire la loi. Il est bon de l'habituer dès son jeune âge à fréquenter les « copains », il existe maintenant un peu partout des terrains d'éducation avec des écoles du chiot, où les chiens viennent apprendre les bonnes manières en société que ce soit celle des hommes ou celles des chiens. Une éducation ferme est d'ailleurs nécessaire compte tenu de son poids, mais ce n'est pas, sauf cas très particulier, un chien difficile. Il n'est pas soumis de nature, obéit plutôt pour faire plaisir, est parfois un peu têtu mais ce qui est acquis le reste à vie. S'il sait où est sa place dans la maison et dans la famille, il ne remettra pas votre autorité en question. Le tout est de lui donner des bonnes habitudes au départ.